Eloge d’une pédagogie créative

Comme certains d’entre vous le savent déjà, je suis depuis plusieurs années professeure d’anglais en lycée, enseignement supérieur, collège et même école primaire. Je vadrouille énormément et fais face à de nombreux cas très différents d’élèves, de dynamiques de groupes, et dois m’adapter aux programmes, aux exigences ministérielles d’une, mais surtout aux envies et à ce que je pressens être des points de motivation pour mes élèves.

Être prof, c’est à la fois être capable d’être un moteur (pour soi, pour les autres) mais aussi un caméléon qui sache se fondre dans tous les milieux, parler à un public plus jeune, parfois qu’il faut motiver, secouer, ou qu’il faut (plus pour le public collégien) canaliser sans brimer. C’est un exercice assez délicat qui nécessite parfois un flux tendu constant très difficile à soutenir.

Résultat de recherche d'images pour "hyperactive gif"

Autour de moi, et dans mon expérience de collégienne / lycéenne, j’ai été marquée par quelques profs admirables, qui savaient se mettre à notre portée, nous mettre en confiance, ne pas nous juger et nous inspirer à faire toujours mieux. Mais la plupart des profs récitaient leurs cours, ne se souciaient pas forcément de la réception en face, ni de savoir si les sujets choisis nous faisaient vibrer ou pas. Et puis chez beaucoup de profs, il y avait ce côté un peu trop sérieux, cul serré. Heureusement pas tous, mais je note souvent cette abhorration constante du bruit, du « brouhaha ». Ce côté petit tyran qui n’a qu’un souhait : être écouté. Nombre de profs ont un égo surdimensionné et ne tolèrent pas le partage de la parole, ne pensent pas forcément à entrer dans un échange avec les élèves, ils ne se voient que comme des sources de savoir, des sources d’autorité.

Résultat de recherche d'images pour "control freak gif"

A l’heure de Wikipédia et des encyclopédies ou des dictionnaires en ligne, j’ai du mal à croire qu’on puisse encore voir le métier de prof simplement comme un pourvoyeur de savoir. Ce rôle est depuis quelques années totalement ébranlé par l’essor incroyable et tentaculaire du savoir partagé sur le web et les réseaux sociaux (allant de pair avec l’essor des rumeurs et du savoir erroné).

Résultat de recherche d'images pour "computer gif"

Plus qu’une figure d’autorité, pour moi le prof doit être un guide qui a un réel désir de connexion avec ses élèves. Une connexion intellectuelle, mais aussi une connexion affective : leur montrer qu’ils ont de la valeur à nos yeux, qu’on s’intéresse réellement à ce qu’ils pensent, ce qu’ils font, et comment ils évoluent. Une école froide, distante, où l’on ne peut même pas espérer entrer en débat avec les autres ni son professeur, c’est totalement éculé et rétrograde.

Résultat de recherche d'images pour "hug gif"

Si l’on souhaite réinstaurer la dimension ludique dans l’apprentissage, il faudrait alors revoir notre relation à l’élève.

L’individu VERSUS le groupe, la question de la mise en confiance

A l’adolescence, l’élève n’est pas forcément en pleine maîtrise de son corps, de ses émotions, de ses pensées. Tout change pour lui, il est en train de construire sa manière de voir le monde, ses positionnements intellectuels, sociaux, amicaux… Avant d’espérer voir l’élève devenir quelqu’un plein d’assurance aux idées affûtées, il faut tout faire pour que sa classe devienne un vrai petit hameau de paix et une oasis de liberté. Que l’élève se sente en sécurité, qu’il puisse s’exprimer sans jugement, seulement récompensé par son envie de communiquer et d’échanger avec autrui. Au fond, n’est-ce pas cette ouverture et ce désir d’échange qui vont le mieux le préparer à la vie en société?

La pédagogie Virginia Woolf : « une salle à soi »

Pour créer ce cocon chaleureux et cette oasis de liberté, je crois qu’il est nécessaire pour chaque professeur d’avoir une salle à soi. Ne serait-ce que pour exposer les travaux d’élèves d’abord. Renvoyer une image positive et créative. Provoquer l’émulation, l’inspiration. Pour pouvoir aménager sa salle selon ses besoins. Par exemple, en anglais je rêverais d’avoir un coin détente avec petite bibliothèque, fauteuils… un coin informatique où les élèves puissent travailler en groupes, en autonomie sur leurs portables lorsque je leur demande de faire quelques recherches. Un coin tv pour le travail autour de vidéos. Un coin d’études pour les passages en mode magistral.

Une salle à soi, c’est aussi la possibilité de la décorer comme on le souhaite, de la fengshuiser, la hyygiser pour créer une atmosphère sereine, douce, propice à l’apprentissage, propice à la mise en confiance de chacun. Ce lieu devient un lieu sûr, un lieu dans lequel il fait bon passer du temps. Un lieu empreint de good vibes. (avec des plantes, des lumières douces, des coussins, des diffuseurs d’huiles essentielles) et pas la traditionnelle salle qui suscite tant de phobies scolaires ! Ses tables rectilignes ! Ses chaises qui grincent ! Ses craies qui provoquent des allergies ! Ses odeurs de pieds qui puent après le sport !

Une salle à soi, c’est aussi se dire que créer un espace spécialement pour ses élèves en vaut vraiment la peine ! Qu’avec cet espace, on leur offre aussi des opportunités d’échange et des situations d’apprentissage totalement nouvelles et innovantes ! C’est se dire que chacun mérite un parcours personnalisé, unique, à son image.

Résultat de recherche d'images pour "insecure cat gif"

Différentes sensibilités et compétences, différentes méthodes

Maria Montessori avait compris que l’apprentissage passait par l’éveil des sens. Elle a fondé toute sa pédagogie sur le lien entre savoir et synesthésie, sur le concept prééminent de désir et d’autonomie. Ses principes sont utilisés dans de nombreuses écoles maternelles et primaires, mais très peu en collège et lycée. Pourtant, en dépit des exigences très left-brained du brevet ou du bac, l’élève adolescent ou adulte aura toujours besoin de stimulation, de ludisme, de joie dans l’apprentissage ! On connaît tous l’histoire de la madeleine de Proust. Je crois qu’il faut favoriser l’utilisation des sens dans les apprentissages, appréhender l’école comme un lieu beaucoup plus sensoriel, physique, où les savoirs se retrouvent comme ancrés dans la chair (ha ha et je ne parle pas de punition corporelle!). Lier senteurs et découverte de la géographie, toucher et exercices logico-mathématiques… Les associations sont infinies, il suffit juste d’avoir l’audace de les penser et de les tester.

Résultat de recherche d'images pour "psychedelic gif"

A la recherche de la créativité de chacun

Comme le dit très bien Mr Robinson dans son ted talk, on oublie que l’école est là pour composer avec nos multiples talents, et nous aider à les développer, pas à les étouffer en les considérant comme superficiels et subsidiaires dans la construction de notre personnalité et de notre… (osons le mot) intelligence ! L’intelligence est diverse, dynamique et distincte ! Elle est visuelle, sonore, abstraite, elle est stimulée par des interactions riches, et surtout elle est distincte d’une personne à l’autre : certains apprennent en bougeant, en dansant, en chantant, en dessinant… Il n’y a pas de règle, il s’agit là de « go with the flow », s’écouter et respecter ses envies. Cela paraphrase la théorie de Gardner vis à vis de l’existence d’intelligences variées qui reflètent des manières d’apprendre toutes aussi variées. En tant que professeur, on enseigne tel que l’on a appris et tel que l’on apprend. Mais cela ne veut en aucun cas dire que nos élèves apprendront de la même façon que nous. Voilà pourquoi on peut imaginer faire des fractions avec notre corps, de la géographie en chantant, de la littérature via des schémas visuels…

Image associée

Les intelligences multiples et l’adaptation de son enseignement

Ce qui nous mène à la question des intelligences multiples. Selon Howard Gardner, il existerait 9 types d’intelligences  :

  • Intelligence linguistique
  • Intelligence logico-mathématique
  • Intelligence spatiale
  • Intelligence intra-personnelle
  • L’intelligence interpersonnelle
  • Intelligence corporelle-kinesthésique
  • Intelligence musicale
  • Intelligence naturaliste (1993)
  • Intelligence existentielle (ou spirituelle)Résultat de recherche d'images pour "multiple intelligences"

On pourrait en tant que prof, imaginer des activités qui requièrent un panel diversifié d’intelligences, qui respectent la manière unique, personnelle et libre d’accéder à l’information et à l’apprentissage pour chaque élève. On demande le divorce avec notre tyran intérieur. Avec l’intériorisation du boss, du surmoi, avec la peur du jugement, avec le censeur, le tabou, le prof parfait… Il s’agit d’être à l’écoute de l’élève quand il est très jeune, mais aussi de le mettre en confiance et desserrer l’étau scolaire pour montrer aux élèves et étudiants qu’il existe plein d’autres façons de faire. Cesser de glorifier la vieille école, son élitisme et ses incroyables pourcentages de réussite au bac. On peut réussir autrement, plus intelligemment, gagner du temps et éviter une pression et un stress inutiles. Je repense à l’incroyable école de Sophie Rabhi, fille de Pierre Rabhi. Fondée sur les théories de Montessori, elle exhorte les élèves à s’exprimer, à accepter autrui, à apprendre le vivre ensemble. (Il existe même une « cabane de la colère » où les enfants irrités peuvent se défouler sans se retenir et revenir calmés ! How cool is that ?!) Je vous conseille ce reportage sur cette école vraiment inspirante : Le Hameau du Buis.

Résultat de recherche d'images pour "le hameau du buis"

On pourrait donner d’autres exemples pertinents comme les écoles publiques auto-gérées, lycées innovants (le LP2i au Futuroscope), le système scandinave plus proche des élèves, favorisant les petites classes et l’expression personnelle, l’école fondée par Krishnamurti : Brockwood… Vous pouvez visionner un court reportage sur cette école révolutionnaire ici. 

Résultat de recherche d'images pour "brockwood park school"

Plaisir et apprentissage

Pour cette dernière partie, je vais prendre l’exemple de l’apprentissage des langues.
Avant toute chose, je préconise purement et simplement de prendre du plaisir dans l’apprentissage d’une langue ou même d’une matière en général. Que les objectifs et motivations soient intrinsèques à l’élève, à ce qui lui procurera le plus de plaisir :

  • partir à l’étranger très prochainement?
  • communiquer avec des correspondants?
  • comprendre les paroles de son chanteur préféré?
  • démarrer un business international?

Toutes les raisons sont valables à partir du moment qu’elles vous sont chères !

Une recherche récente a démontré que l’apprentissage d’une langue procurait le même type de plaisir que le sexe ou la nourriture :

« Une équipe de chercheurs espagnols et allemands a récemment démontré que l’apprentissage d’une nouvelle langue étrangère activerait la même zone du cerveau que le sexe, manger du chocolat, boire de l’alcool ou croquer dans une fraise sucrée. »

« En fait, lorsque nous apprenons une nouvelle langue, nous nous remémorons (ou plutôt, notre cerveau se remémore) nos premières années d’apprentissage du langage, lorsque nous étions encore enfants et en interaction émotionnelle positive avec nos parents. Ce souvenir, positif, serait le véritable déclencheur du striatum ventral.
Et petit plus, il semblerait aussi que le fait d’associer un souvenir, ou plutôt une émotion, à un mot faciliterait l’apprentissage de ce même mot. « 

https://www.mosalingua.com/blog/2016/03/31/apprentissage-nouvelle-langue-directement-liee-au-plaisir/

Alors pourquoi se priver? 😉

Résultat de recherche d'images pour "happy teacher gif"

45 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Bonjour ! En voilà un article très intéressant : Je m’intéresse également au modèle scandinave, que je trouve bien plus approprié

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour à toi et mille mercis pour ton gentil commentaire. J’aime beaucoup le modèle scandinave, j’ai eu l’occasion de travailler avec une classe danoise, et c’est fou ce rapport totalement simplifié qu’ils ont avec leur prof, avec le savoir. Chacun travaille sur son ordi, il y a beaucoup d’autonomie et de débats aussi en cours, le prof est vraiment un guide. Les journées sont beaucoup plus courtes (elles terminent autour de 15h) et elles laissent aux élèves beaucoup plus de temps de loisirs. C’est vraiment un beau modèle!

      J'aime

  2. Je suis bluffée par ton article que je trouve très complet et intéressant. Ce serait bien de mettre en place cette pédagogie créative mais le temps que cela fasse son chemin, est-ce qu’une autre génération n’aura pas passé d’ici là ?

    Aimé par 1 personne

    1. C’est très gentil de ta part, merci beaucoup ! C’est exactement le problème en France. Des choses se font, des tas d’étude sont envoyées chaque année au Ministère de l’Education mais le temps qu’il y ait réellement des lois et de nouvelles réformes mises en place qui changent profondément notre système scolaire, on a le temps de moisir! C’est vraiment complexe… la question du rythme scolaire est toujours un des plus gros problèmes pour moi, et quand bien même des tas d’expériences ont été faites et validées par des psychologues cognitifs travaillant sur notre capacité à être attentif, les heures de pointe de l’attention, la longévité de cette dernière…. nous ne devrions jamais avoir cours jusqu’à 17/18h et enchaîner 5 jours par semaine avec des journées intenses en fin de semaine… L’education nationale n’en a que faire de ces rapports et ces études… les rythmes demeurent inchangés. C’est là que tu te rends compte qu’en France les rythmes sont plus faits pour rendre service aux parents qui bossent toute la journée et ne peuvent pas s’occuper de leurs enfants avant 18h, que les profs sont mal payés parce qu’ils ont une image de glandus répandue dans toute la France, contrairement en Scandinavie où ils sont perçus comme des cadres et possèdent tous un master… c’est navrant…

      J'aime

  3. Sophie Metanoiada dit :

    Je n’ai pas (encore) d’enfants, mais je partage complètement ton point de vue. J’aimerai bien que mes enfants aillent dans une école qui prone la créativité et l’unicité de chacun 🙂 Merci pour toutes les belles découvertes que j’ai fais dans ton article !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire! C’est clair que ce genre d’école reste la plus intéressante, si tu as des enfants un jour, tu pourras peut-être te renseigner au sujet des écoles Montessori, des école publiques adoptant la pédagogie Freinet… c’est le best!

      J'aime

      1. Sophie Metanoiada dit :

        Merci en tout cas pour toutes ces infos ! C’est vrai que je vois énormément de reportages aux USA, mais j’avais l’impression qu’en France c’était la bonne vieille éducation. Heureusement que tu es là pour souligner qu’il y a des différences !

        Aimé par 1 personne

      2. La scandinavie, les Usa… beaucoup de pays font mieux que nous, on se retrouve confrontés au problème des classes surchargées et du manque de moyen… En Finlande par ex où le système éducatif est le meilleur, tu as une population plutôt homogène, peu nombreuse… ça change beaucoup les données je trouve. Merci pour ton gentil commentaire!

        J'aime

  4. Merci pour ce billet très complet. Mes enfants ont pour l’instant toujours eu des enseignants super mais ma fille rentre en 6e dans deux ans et j’avoue que ça me fait un peu peur. Elle est HPI et pour l’instant ça n’a pas affecté sa scolarité mais avec le gros changement de la 6e et de la multiplicité de profs, ça peut changer :/

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire! Oui en effet le passage au collège est souvent délicat, mais il existe plein de supers collèges publics ou privés, c’est peut-être intéressant de privilégier les petites structures à taille humaine dans ces cas là? (200/300 élèves max)

      J'aime

  5. Ma mère était instit et ma sœur est prof de Français en zone difficile.
    Et effectivement elles ont des approches différentes par ex ma soeur fait des cours de théâtre en plus, organise des expos, propose des repas multitculturels avec les parents mais des fois hélas cela ne suffit pas.
    Il faut que tout le monde s’implique car si seul le prof fait des efforts cela ne marche pas…

    Aimé par 1 personne

    1. Tu es carrément dans le milieu du coup! C’est génial que ta soeur fasse des cours de théâtre et qu’elle organise plein d’événements culturels, c’est justement toutes ces activités « extra » qui font toute la différence, qui permettent aux élèves d’asseoir leurs connaissances et de les mettre en pratique! C’est génial! Et pour que tout le monde s’implique, il faut que le lien avec les familles soit renforcé, que le travail amorcé en classe soit continué à la maison et vice-versa…

      J'aime

  6. Jim dit :

    J’aurais aimé t’avoir comme prof (Oh capitaine!) ! Etre conscient du panel des multiples intelligences et agir en fonction devrait être la base de connaissance pour tout enseignant.

    Aimé par 1 personne

    1. OOOOwh t’es adorable!!! O Captain My Captain!! Mais oui, ça devrait tellement être la base de notre fonctionnement. Prendre le temps de connaître nos élèves, ce n’est pas une perte de temps, ça permet de mieux s’organiser et mieux se sentir par la suite… et surtout éviter les classes surchargées! ahhh j’aurais aimé t’avoir comme élève, on se serait bien marrés c’est sûr ha ha !

      J'aime

  7. Un très bel article que j’ai aimé lire ! Je partage tout à fait ton point de vue

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire!

      J'aime

  8. Comme ton article me parle ! Je suis moi-même professeur des écoles, et mon objectif num 1 est que mes élèves soient heureux de venir à l’école, car à partir de là, c’est 50% du travail qui est fait ! Tout le paragraphe sur les intelligences multiples est tellement nécessaire, car beaucoup de nos collègues n’en ont que faire. La différenciation pédagogique est une partie innérente de notre métier. Merci pour ce bel article !

    Aimé par 1 personne

    1. Yeeees, une alliée! hé hé! c’est tellement un bon objectif!! et puis s’ils sont heureux de venir, toi aussi tu seras heureuse de venir… ça fait toute la différence! Oui à la pédagogie différenciée aussi, même si ça prend beaucoup de temps et de réflexion, c’est un outil nécessaire et qui nous fera gagner en confort pour les élèves, et pour nous. Il vaut mieux privilégier bienveillance et bien-être à la rentabilité à tout prix (les profs en lycée sont très focused rentabilité = avoir les meilleurs résultats au bac etc…) Merci beaucoup pour ton gentil commentaire!

      J'aime

  9. ton article est vraiment bien !!! c’est vraiment chouette de s’investir ainsi pour que ses éèves se sentent bien ♥

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire! Yes c’est un plaisir de s’investir quand on voit la relation qu’on noue avec eux et la liberté qu’ils ressentent dans nos cours! C’est le plus important, se sentir libres pour être réceptifs à l’apprentissage!

      J'aime

  10. Hello ma douce! Tu sais qu’on avait déjà un peu parlé de ça, en tout cas si tout les profs pouvaient penser/agir comme toi il y aurait bien plus de jeunes passionnés par l’école ! Moi je n’ai jamais eu de profs qui m’aient fait « aimer » une matière plus qu’une autre, résultat j’ai vite décroché… enfin, je met pas non plus tout sur leurs dos mais clairement, ça ne m’a pas plus motivé que ça !

    Aimé par 1 personne

    1. T’es adorablllllleeeeee!!!!! Je comprends que tu aies décroché, si on n’arrive pas à trouver un point d’accroche (et ça peut être un prof, une passion qu’on peut développer à l’école…) c’est tellement facile de se désintéresser… l’école ne fait pas grand chose (surtout au lycée) pour capter l’attention des élèves et surtout les aider à trouver leur chemin, leurs passions. C’est important de sortir les élèves aussi, et puis de proposer plein d’activités intéressantes. Tu vois j’avais animé le journal du collège (y avait que des petites élèves pas de mec ha ha) et elles écrivaient sur tout, sur la mode etc. On avait même fait des bijoux poétiques pour un atelier de poésie au collège. Elles avaient adoré! (j’avais ramené le matos pour en faire, des chaînes, des bagues, des perles, de tout!) Je suis sûre que tu aurais adoré participer à ce genre d’atelier, et c’est le genre de trucs qui peut te donner envie d’approfondir tes passions ! J’aimerais bien renouveler l’expérience du journal du collège ou du lycée, avec des articles très diversifiés, mode, cinéma, politique, vie de l’école, billets d’humeur… un peu comme un blog collectif!

      J'aime

  11. Féelyli dit :

    Merci pour cet article très complet; effectivement l’enseignement est un sujet très compliqué en France, j’ai l’impression que les choses avancent mais ce serait quand même beaucoup mieux si pour commencer les classes étaient un peu allégées…

    Aimé par 1 personne

    1. Totalement d’accord avec toi! C’est la première chose par laquelle il faudrait commencer pour permettre une relation plus « one-on-one » et moins globale

      J'aime

  12. lemondedelali dit :

    Waouh ! Tu as dois être une super prof !
    C’est vrai que j’ai eu à faire à différents type de professeur : celui qui n’a aucune autorité et se fait bouffer par les élèves du coup je n’ai quasiment rien retenu de cette année d’anglais. Puis un jour un super prof qui fait qu’on essaye de se surpasser, mais bon malheureusement dur de remonter la pente quand la base a été « détruite »

    Aimé par 1 personne

    1. T’inquiète pas, on peut toujours reprendre, le tout c’est de reprendre avec des choses qu’on aime, qui nous stimulent et on arrive à se dépasser! C’est pas évident le collège, personnellement je ne sais toujours pas comment « prendre » les élèves de 4ème, j’ai l’impression d’être pas assez sévère puis beaucoup trop, ça demande une adaptabilité de dingue, et il faut rester positif et bienveillant. Je t’avoue je n’y arrive pas toujours du touuuut. Je râle, je suis un peu négative, mais j’essaie de les motiver. Le problème c’est juste que 30 élèves de 13 ans en fin d’aprèm pour faire des langues c’est MORT. On essaye tant bien que mal, ces conditions sont impossibles pour réellement « faire » de l’anglais…

      J'aime

  13. mamtermante dit :

    Merci pour ce belle article que je valide à 10000% mon fils est en ief cette année mais a voir avec mon prochain travail, si on ne continue pas c’est l’école Montessori.

    Et bien si j’avais eu des profs comme toi, j’aurais sûrement eu des meilleurs notes et plus investi à l’école, bravo pour ton ouverture d’esprit,ta compréhension des enfants et ton écoute, ils on de la chance tes élèves.

    Les intelligences multiples sont malheureusement assez méconnues, c’est bien dommage.

    Aimé par 1 personne

    1. T’es adorable! C’est pas évident de coller de près à ses idéaux, je pense tout ça, mais parfois je n’arrive pas à toujours tout mettre en pratique, j’essaie de rester bienveillante en tous les cas… C’est pas simple car d’un côté les élèves de 13 ans veulent du cadre, de la discipline, ceux de 17 ans veulent de la liberté, ceux de 10 veulent du ludisme, ceux que 22 veulent de l’approfondissement. Alors j’essaie d’être un peu tout ça à la fois, mais parfois je suis paumée ha ha. En tout cas merci pour ton gentil commentaire, ça fait chaud au coeur!

      J'aime

      1. mamtermante dit :

        Oui j’imagine il faut jongler entrés tous 😕 bravo en tout cas

        Aimé par 1 personne

  14. FNFH dit :

    J’ai eu la chance d’avoir certains prof qui on su me mettre a l’aise avec eux
    leur dynamique et leur implication au sein de la classe
    ont fait que je n’ai pas décroché ni au collège ni au lycée et pourtant j’avais envie de tout claquer …
    mais ça se perd …

    Aimé par 1 personne

    1. Mais oui, le prof contribue pour beaucoup à l’intérêt et à la motivation de l’élève c’est vrai… Merci pour ton commentaire!!

      J'aime

  15. Coucou je ne sais plus quoi penser à force de changer de méthodes pour les enfants, la methode globale était bien pourtant

    Aimé par 1 personne

    1. C’est parfait perturbant toutes ces demandes de changement c’est vrai. Il faut faire au mieux pour nos élèves, et si certaines méthodes fonctionnent, gardons-les!

      J'aime

  16. marinette1935 dit :

    Merci pour cet article intéressant sur la pédagogie

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton gentil commentaire!

      Aimé par 1 personne

  17. Je trouve en effet qu’on devrait faire à chaque enfant un bilan sur sa façon d’apprendre. Mon fils vient d’entrer en 6ème. Il a eu pas mal de difficultés au 1er trimestre en anglais. J’ai essayé de voir avec lui quelle intelligence il mobilise. En écrivant, il apprend mieux. Il fait des fiches maintenant et ça va bcp mieux. Il est comme moi. Je faisais comme cela et j’avais en mémoire une photo de mes fiches. Il a comme moi également une intelligence spatiale. C’est ce que j’ai pu à mon niveau discerner.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est une excellent idée et ça nous aiderait beaucoup!! C’est génial que tu sois aussi présente et attentive, ça fait toute la différence!

      J'aime

  18. Dress Me dit :

    En France, au niveau de l’éducation nationale, on est tellement loin de tout ça, de prendre en compte la diversité de chacun… C’est bien dommage !

    Aimé par 1 personne

    1. Totalement! C’est encore de l’ordre des balbutiements, mais il se passe des choses!

      J'aime

  19. eleonorebacher dit :

    Super article =) . Il est temps de changer nos méthodes éducatives. Elles sont obsolètes et les résultats sont mauvais. Aller à l’école devrait être un plaisir pour les enfants. Cette approche est vraiment très intéressante =)

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton gentil commentaire! Je suis totalement d’accord, il faut que le gouvernement suive!!

      J'aime

  20. lafeebiscotte dit :

    Bravo pour ton article très intéressant. C’est vrai que les méthodes éducatives ont besoin d’un grand coup de frais.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton gentil commentaire! Totalement d’accord avec toi!!!

      J'aime

  21. tsarevinka dit :

    Je suis tellement d’accord avec toi !
    J’étais très créative petite, et puis l’enseignement a fait que cette créativité a dû être mise de côté…
    Je ferai tout mon possible pour que mes futurs enfants ne vivent pas cela 🙂
    Merci beaucoup pour ton article en tout cas, ça fait du bien de lire ça, la situation n’est peut-être pas si désespérée ^^
    Bises,
    Alessia

    Aimé par 1 personne

    1. Mais Wow merci pour ton message ! Tous les enfants sont des artistes, la grande question c’est comment le rester (c’est Picasso qui a dit ça 😉 ) et si tu te souviens bien de cette période,c’est qu’elle t’a marquée je pense. Oui il faut vraiment proposer de nouvelles alternatives, être plus à l’écoute de l’enfant et de son rythme aussi. La France a un côté très stakhanoviste dans son rapport à l’éducation que je déteste. Des journées de 8h-17h, y a que ça de vrai ! My foot ! C’est de la folie et pour une activité intellectuelle et qui mobilise er fatigue corps et esprit, c’est du délire. Il y a quelques écoles privées en France et même sous contrat qui sont beaucoup plus à l’écoute. Il suffit d’une personne pour parfois inverser la vapeur ! 😺

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s